Party girl, sauvage, généreux et mal élevé

Une rêverie entre le documentaire et la fiction

« Angélique a soixante ans. Elle aime encore la fête, elle aime encore les hommes. La nuit, pour gagner sa vie, elle les fait boire dans un cabaret à la frontière allemande. Avec le temps, les clients se font plus rares. Mais Michel, son habitué, est toujours amoureux d’elle. Un jour, il lui propose de l’épouser. »

Présenté à Cannes par Nicole Garcia comme un film « sauvage, généreux et mal élevé », Party Girl est une réalisation tripartique dont les regards de Claire Burger, Marie Amachoukeli et Samuel Theis se croisent à travers le personnage d’Angélique.

Comment puis-je ne pas vous présenter le film Party girl pour le premier volet de cette catégorie qui parlera de cinéma ? Découvert en 2013 et sujet de mon mémoire de fin d’études, j’entretiens une relation très particulière avec ce film.

Il marque à lui seul un renouveau du cinéma français incarné par beaucoup d’étudiants de la Fémis dont est issu Claire Burger et Samuel Theis, tous deux nés à Forbach. Amis d’enfance, ils se retrouvent dans ce projet qui nous présente la vie de la mère de Samuel Theis, Angélique Litzenburger, personnage romanesque qui enchante l’entièreté de ce film. Sa particularité réside dans son casting : aucun acteur n’est présent si ce n’est Samuel Theis lui même qui joue ici son propre rôle à savoir Samuel Theis le fils d’Angélique. Il a déjà endossé ce « rôle » dans son court métrage Forbach qui nous présentait une partie de sa famille. Tous les autres « personnages » si l’on peut les nommer ainsi sont des personnes qui jouent leur propre rôle. Là réside toute la beauté et la puissance du film. Angélique crève l’écran, exubérante dans un style baroque, elle apparaît dans le film comme dans la vie : sauvage, généreuse et mal élevée.

La musicalité de la langue, la chanson éponyme de China woman et les nombreux moments de silence participent pour beaucoup à l’ambiance très particulière du film.

Les acteurs ne sont pas dans la maîtrise, ils restent eux même ; est là toute la force du jeu d’acteur et des réalisateurs qui ont perçu cette finesse et cette grandeur à travers l’œil de la caméra. Auparavant en couple, Claire Burger et Marie Amachoukeli travaillent communément sur ce projet. Samuel Theis dirige le jeu de sa propre mère qui se transforme en personnage fictionnel, filmée dans son quotidien ordinaire et entourée de ses enfants. Tout se mêle et se mélange dans ce film, la vie, le réel, le cinéma, et les belles images qui permettent de poétiser et de sublimer tout ça. N’est-ce pas ça le cinéma ? Porter un regard enchanteur sur les choses de la vie ? A la frontière du documentaire et de la fiction, ce film est enchanteur, plein de tendresse et de douceur. A travers la vie et la personnalité fantasque d’Angélique, c’est aussi le portrait d’une héroïne ordinaire, touchante à travers ses faiblesses, c’est aussi la relation d’une mère avec ses enfants qui n’est pas toujours évidente, la peur de vieillir, l’appréhension d’être seule arrivée à la soixantaine, et puis le regard qu’on peut porter sur soi quand on a travaillé des années comme entraîneuse dans un cabaret.

Party Girl, c’est tout ça à la fois, et j’espère que ces quelques mots vont auront donné envie d’en voir davantage.

Party girl, réalisé par Marie Amachoukeli , Claire Burger et Samuel Theis, 2014

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :