Le scandale Amazon

Le premier article publié cette année portait sur un sujet qui me touche particulièrement à savoir le gaspillage. J’y évoque différents thèmes, différents moyens que j’ai moi même expérimenté dans le domaine du gaspillage alimentaire et de la surconsommation. Actuellement dans la famille dans le nord de la France, je visionne le dernier numéro du magazine Capital diffusée le 13/1/19 sur M6.

Je ne suis pas fan des magazines à sensation, et j’avoue ne jamais visionner ce type de reportage (le côté scandale et sensationnel me dérangent souvent). Mais en discutant avec ma soeur, nous échangeons au sujet de l’anti gaspillage (comme à notre habitude) et elle m’évoque ce reportage. Le lendemain je visionne le replay et suis sidérée, outrée et choquée ! Ce qui m’a surtout donné envie de le regarder est la partie sur le « fast fashion », mais chaque sujet a tellement fait écho à mon dernier article que j’ai eu très envie de les développer chacun indépendamment.

Ce n’est donc pas un mais trois articles qui traiteront de ce vaste sujet très actuel. Le premier de la série portant sur le géant Amazon.

PRODUIRE POUR MIEUX DETRUIRE

Le magazine s’ouvre sur le portrait d’une famille qui permet de se rendre compte de la surconsommation effective faite sur Amazon jour après jour. Cette famille dépense l’équivalent d’un smic en l’espace de trois mois sur le site (36 commandes au total). Après, j’avoue la facilité de commande sur le site, les prix attractifs mais il faut se poser la question de ces prix, de ce qui se cache derrière ce business.

Vous l’avez sans doute remarqué aussi, mais depuis quelques temps Amazon revend les stocks de vendeurs indépendants du monde entier. Ce qui explique que pour une même commande passée sur le site vous pouvez recevoir plusieurs colis différents. Le vendeur confie son stock à Amazon qui le renvoie au client en 48h, prenant une commission de 5 à 8 % sur chaque commande ; s’il y a invendu des stocks deux solutions s’offrent au revendeur : le retour des marchandises ou la destruction.

Amazon renvoie la responsabilité à ses revendeurs car ils paient des frais de stockage. Les revendeurs paient 26 € le m² par mois, ce montant passant à 500 € au bout de 6 mois puis 1000€ au bout d’un an ! De quoi inciter tous les revendeurs à écouler leur production au plus vite > cette surproduction entraîne une surconsommation dans nos sociétés. Prenons l’exemple d’un site de production implanté en Chine, qui produit des accessoires de bureautique : une agrafeuse est vendue 27 € sur le site, Amazon réussit à se faire une marge de 3 € par produit. Si les stocks sont invendus, une agrafeuse à rapatrier sur le site de production coûterait 20€ contre 15 centimes pour sa destruction. La décision est vite prise.

Dans les entrepôts Amazon une zone est dédiée à cette destruction. Pour prendre conscience de l’ampleur de ce gâchis, au mois d’août 2018 plus de 75000 unités ont été détruites dans le plus petit entrepôt français (sachant que 5 entrepôts Amazon sont implantés en France). En une année, ce n’est pas loin de 3 250 000 produits qui sont détruits si l’on prend en compte tous les sites présents en France.

Au delà de cette aberration qui ne peut que nous choquer, il faut surtout réfléchir à l’impact écologique qui est colossal. La plupart de ces invendus voués à la destruction sont en plastique (fabrication chinoise) et il ne faut pas omettre qu’il faut jusqu’à 1000 ans pour les disparaître dans les centres d’enfouissement.

On en arrive à une logique de surproduction de surconsommation qui ne correspond nullement aux besoins des gens.

 

Alors ? Comment agir me direz vous ? Je fais moi même l’aveu de commander parfois sur Amazon, souvent par facilité mais ces données me font froid dans le dos et me donnent l’envie d’éviter au maximum de commander sur Amazon, jusqu’à l’éliminer complètement.

FREQUENTER LES LIBRAIRIES D OCCASION

madison-compton-1327149-unsplash
Photo by Madison Compton on Unsplash

 

Depuis des années, je consomme principalement d’occasion. Au départ il faut bien l’avouer pour des raisons budgétaires, mais à terme, ce mode de consommation permet surtout d’éviter cette surproduction constante dans nos sociétés.

La première question à se poser avant d’acheter un livre ou un film (mes commandes principales sur Amazon) est la suivante : Ais je vraiment besoin de posséder ce livre ? Vais je le relire plusieurs fois ? Vais je le visionner plusieurs fois ? Si ce n’est pas le cas, autant se tourner vers les médiathèques où beaucoup de livres et films récents sont présents.

Ensuite, si vraiment vous voulez faire cet achat plusieurs sites vous permettent d’acheter à bas prix :

Le bon coin, une pépite pour beaucoup de choses en général

OCD, des magasins dans toute la France qui permettent d’acheter des CD et des DVD principalement à très bon prix, mais qui reprennent aussi vos propres films ou CD soit en vous les rachetant, soit en vous donnant un bon d’une certaine valeur à dépenser dans leur boutique

Gibert et Joseph, un magasin que j’ai découvert à mon arrivée à Lyon, il me semble qu’ils ne sont pas présents dans chaque région mais vous en trouverez pour sûr à Paris et à Lyon. Ils se déclinent en deux magasins distincts (en tout cas à Lyon c’est le cas) : l’un pour les livres et la papeterie, l’autre pour les films et la musique. Ils offrent la possibilité d’acheter neuf mais aussi d’occasion. J’ai d’ailleurs découvert récemment une application si vous même vous souhaiter y vendre vos livres, films et cd. Je ne l’ai pas encore testé personnellement mais vais certainement essayer de désencombrer ma bibliothèque au profit de livres qui me sont plus utiles aujourd’hui.

Les librairies d’occasion et les brocantes présentes un peu partout. Si comme moi vous êtes une aficionados de l’odeur des vieux livres, des vieilles pages jaunies et des livres qui possèdent déjà une âme, une histoire, ces lieux sont faits pour vous.

 

Cette liste est purement exhaustive et je suis sûre qu’en fonction des régions, des pays il doit en exister plein d’autres.

 

N’hésitez pas à les partager en commentaire. Il est toujours enrichissant d’échanger nos connaissances et nos bonnes adresses.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :