Anti gaspi je le suis

Cet article est le premier de cette année 2019 qui marque un tournant à la fois dans ma vie et en particulier sur ce blog. Lancé il y a un an, abandonné puis repris avec de vaines tentatives, je souhaite axer une grande partie de mon temps au développement de cet espace personnel qu’est L’esperluète. Au départ, j’y partageais plusieurs choses, diverses et variées et avec le recul, je me rends bien compte que je me suis éparpillée.

Cette nouvelle année marque le début de grandes choses pour moi, la concrétisation de ma reconversion avec le début de ma formation en naturopathie qui à l’heure à laquelle j’écris cet article commence dans quelques (j’ai tellement hâte!), et un choix éditorial pour ce blog. Au départ, je voulais en faire un espace très personnel dans lequel j’y partage tout un tas de choses (malheureusement je m’y suis moi même un peu perdue). Aujourd’hui, j’aimerai axer ce blog vers une thématique liée à ma future vie professionnelle afin de partager avec le plus grand nombre un domaine qui me passionne et dans lequel je vais apprendre beaucoup de choses cette année : LA NATUROPATHIE.

hdr

Trois catégories y seront abordés : la naturopathie, la beauté au naturel et le zéro déchet. Une quatrième catégorie plutôt « fourre tout » sera le lieu idéal pour vous parler d’autres sujets qui m’animent notamment des sujets culturels, des voyages ou autres mais ces articles seront moins réguliers que les trois précédents. Me connaissant, je sais d’ores et déjà que j’aurai envie de partager d’autres sujets c’est pourquoi je m’octroie le droit de créer une catégorie qui regroupera tout ça.

 Un début d’année est souvent l’occasion de prendre du recul, de réfléchir à des projets qui nous tiennent à coeur et ce blog en fait partie. Et avant de commencer ce premier article il me semblait important de me présenter.

L’année 2018 a été pour moi une grande année de tri, tri intérieur mais aussi tri extérieur en me débarrassant en revendant beaucoup de matériel qui commençait sérieusement à m’encombrer. Dernièrement j’ai écouté un épisode du podcast Radio médecine douce dans l’émission « A quoi ça sert ? » , un rendez vous mensuel qui nous permet d’apprendre à mieux trier le bazar de nos vies. L’épisode d’octobre 2018 abordait la transition automnale, cette période pas très folichonne où l’on observe avec nostalgie l’envolée de l’énergie estivale pour entrer dans une période d’hibernation et de tranquillité hivernale. L’invité du jour Thomas Siceaux, auteur de « Ciao bazar » développe cette idée de transition automnale comme période de tri. Les 4 saisons apportent avec elles des envies différentes que le corps se doit d’écouter. Ce qui a été nécessaire dans nos vies et à son apogée en été n’a plus lieu d’être en fin d’année.

Et cette fin d’année 2018 a été très propice pour ma part à me débarrasser, me libérer de vêtements, d’objets pour entamer cette nouvelle année plus allégée. Mais se débarrasser ne veut pas dire nécessairement jeter et c’est l’objet de cet article, de vous partager mes astuces pour vous débarrasser de vos affaires, et à contrario récupérer des invendus qui sans vous seraient jetés.

LE GRAND DEBARRAS

Les objets qui m’emcombraient se sont retrouvés dans deux catégories : vêtements/accessoires et électroménager.

Les vêtements

Pour les vêtements il n y a rien de plus simple, plusieurs options s’offrent à vous :

  • Les centres de dépôt : EMMAUS et BRIC A BRAC sont les deux principaux endroits où je dépose mes dons. Il suffit de se renseigner à l’avance car il existe des jours spécifiques pour déposer vos dons. Plus simplement il existe également les bornes du RELAIS qui permettent de déposer les vêtements en bon état dans des bornes de plus en plus nombreuses dans nos villes. Et puis en dernier lieu je dépose des vêtements également dans différentes friperies dans lesquelles je suis cliente.
  • VIDE DRESSING ENTRE COPINES C’est une bonne solution très conviviale que nous faisons entre amies au moins une fois dans l’année. On amène de quoi manger, de quoi boire (et oui on peut aussi prendre le temps de faire un bon apéro en essayant les vêtements). L’occasion aussi de faire de nouvelles rencontres car on amène des collègues, des amies d’amies, et le surplus qui n’a plu à personne est amené dans la semaine dans les centres de dons cités plus haut.
  • LE BON COIN, VINTED et le MARKETPLACE FACEBOOK : utilisés pour les vêtements de marque qui peuvent apporter un petit pécule non négligeable.

 

Pour l’électroménager

  •  LE BON COIN forever : En ce début d’année, j’ai essayé de vendre plusieurs de mes objets électroniques via ce site plus que populaire. J’utilise personnellement l’application qui permet vraiment de mettre en ligne très très vite et très facilement son annonce. Ce qui ne sera pas vendu pendant plusieurs mois sera donné à Emmaüs, ou sur l’application GEEV qui permet de donner des objets gratuitement via un système de géolocalisation afin d’atteindre des personnes à proximité.

LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE

Les fins de marché

Plusieurs associations y participent et si vous n’osez pas le faire, ce que je peux comprendre, vous pouvez vous renseigner auprès de ces associations

La tente des glaneurs, Lille

Rdv chaque dimanche au marché de Wazemmes, la tente est toujours présente qu’il pleuve qu’il vente. Le principe ? Récupérer tous les produits délaissés car trop abîmés pour être vendus-, ils sont ensuite redistribués à tous sans distinction : légumes, fruits, pain et même un beau bouquet de fleurs si vous êtes chanceux.

Disco soupe, Lyon

Sur le même concept, les bénévoles se regroupent après avoir glané sur les fins de marché et ils organisent une grande soupe solidaire sur une place publique.

Les gaspilleurs, Lyon

Commando organisé, c’est à l’aide de leurs sacs cabas et de leur lampe torche que les gaspilleurs fouillent les poubelles de nos hypermarchés pour nous sensibiliser au gaspillage alimentaire. Le fruit de leur collecte est ensuite redistribué le lendemain en extérieur. Vous pouvez les suivre et vous même y participer si vous le souhaitez en les suivant sur leur site.

Too Good To Go

C’est une application qui fonctionne sur le principe de récupération des paniers repas dans des restaurants que l’utilisateur achète via l’application à un prix plus que réduit, car ce sont des repas invendus qui sans l’être partiraient à la poubelle. Dernièrement, j’ai découvert que cette application fonctionne aussi en magasin alimentaire tel que les biocoop ou les boulangeries par exmeple. Je l’ai utilisé la semaine dernière et j’ai adoré le concept. 

hdr
mon premier panier sauvé grâce à l’application

Le SEL (Système Echange Local)

C’est un système d’échange de produits ou de services au sein d’un groupe fermé, généralement constitué en association. Les membres y échangent des biens, des services. L’objectif est d’accéder à des échanges égalitaires et de tisser des liens. J’y étais inscrite à Lille et actuellement à Villefranche sur Saône, ces antennes sont présentes dans plusieurs villes. L’idéal est de trouver la vôtre en vous renseignant dans vos maisons de quartier, c’est ainsi que j’ai découvert ce système géniale il y a presque 10 ans.

L’acronyme « Sel » a été choisi pour son homonymie avec le sel, aliment, monnaie d’échange ancienne, à l’origine du mot « salaire ».

Différents services existent tels que l’emprunt de matériel (bricolage, jardinage principalement). Des personnes proposent aussi de donner gratuitement des aliments frais qu’ils ne pourront pas finir (avant le départ d’un voyage par exemple). Ces services ne sont pas récurrents car dépendants des inscrits sur le site mais ils existent en tout cas.

Les compagnons, Lyon, Croix Paquet

Pour tous les bricoleurs du dimanche qui ont un projet précis à réaliser et qui sont novices en la matière et sans matériel, les compagnons proposent après participation annuel des cours de bricolage et l’emprunt de matériel. J’ai découvert cette alternative en aménageant à Lyon, je sais qu’il y existe deux sites : Oullins et le 1er arrondissement. 

Ces deux associations participent à mon sens à lutter contre le gaspillage car elles évitent des achats matériels onéreux qui une fois le projet fini se retrouvent dans un garage sans grande utilité. L’emprunt est aussi une solution anti gaspi mais aussi une belle manière de tisser du lien social avec son voisinage et d’élargir ses connaissances.

 

Un premier article qui engage cette nouvelle année vers un mode de vie zéro déchet et une lutte anti gaspi active ! J’espère que cette première catégorie vous plaira et que vous aurez fait de belles découvertes. 

Ayant vécu dans le Nord et actuellement en. Région Rhône Alpes je n’ai pu partager que les associations que j’avais pu expérimenter. N’hésitez pas vous aussi à partager des associations que vous pourriez connaître dans vos régions, et vos astuces pour lutter contre le gaspillage au quotidien.

 

 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :